La ville dans les arbres | PV. Pallav
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 ::  :: ✧ JusteChêne
MessageSujet: La ville dans les arbres | PV. Pallav Mar 27 Juin - 13:48
Une ville suspendue dans un arbre millénaire. Quel meilleur lieu de vie pour un volatile voyageur en repos? C'était à se demander.
Fleevehiä avait déjà entendu parler de JusteChêne, mais comme pour beaucoup d'autres lieux, elle qui découvrait tout juste le monde, elle expérimentait cet endroit pour la première fois. Et pour une fois, dans sa petite vie; pour une fois, enfin, elle trouvait l'endroit beau.
Ces feuilles qui faisaient comme un toit, protégeant le village suspendu. Ce tronc immense à l'écorce nouée qui se dressait en son centre. Ces énormes branches protectrices robustes dont le temps ne faisait que les solidifier... Tout s'assemblait dans une harmonie parfaite qui plaisait à l'oiseau bleu. Il fallait bien l'admettre, ce n'était pas son dieu, mais si Geit était réellement le créateur de cet endroit, alors il avait fait un travail merveilleux. C'était un fait, bien que non mathématique, qui demeurait dans l'esprit du geai comme une vérité immuable: une telle beauté était impossible à retranscrire sur un tableau, même pas le plus talentueux des peintres des trois royaumes.

C'était là chose difficile à croire, car Fleeheviä ayant fait du voyage son métier voyageait incessamment. Pourtant, elle adorait lire. À vrai dire, elle avait passé son enfance à lire. Des livres d'image, des comptes d'aventure, des récits fantastiques… Ces mêmes livres qui avaient probablement corrompu son petit esprit innocent, la poussant à mentir pour prendre la fuite de la maison, et rejoindre cet univers qu'ils lui avaient fait découvrir, en dehors des murs de BrûleSable.
Oui, les livres avaient décidément un pouvoir de dissuasion fascinant, quand on prenait le temps de leur accorder de l'importance.
Le problème avec ces derniers, c'est qu'ils n'avaient pas de parole. Ainsi, Fleeheviä ne pouvait en dénouer le vrai du faux. Elle devait donc laisser de côté la maîtrise de son pouvoir, et s'abandonner à une entière confiance envers l'auteur de ces derniers. Et ce n'était pas chose toujours aisée. Certains écrits semblaient si irréels qu'il était difficile de les croire, et pourtant… Quand elle l'avait lu pour la première fois, comment aurait-elle pu croire qu'il existait un arbre assez grand pour soutenir un village entre ses branche, elle qui ne connaissait du monde que les murs de grès et de pierre de sa ville natale il y a encore de cela quelques mois?
Lorsqu'on lui avait annoncé que cette journée là, elle avait permission, elle avait profité de sa présence sur Unelma pour venir voir enfin cet arbre qui hantait ses rêves les plus fous depuis qu'elle en avait apprit l'existence.

Mais Fleeheviä était avare. Avare de connaissance. Elle en voulait toujours plus, et voulait découvrir plus de choses à chaque fois, ne pouvant se contenter de profiter de l'instant et de cette sorte de liberté illusoire que lui offrait son ignorance.
Le contenu de la boite de Pandore était un cadeau empoisonné. Faire sienne toutes les connaissances du monde, c'était également accepter les horreurs qui le régissait. Si une telle relique existait quelque part, ceux qui s'étaient risqués à l'ouvrir avaient probablement fait le choix de mort bien rapidement après cela… Malgré cela, nul doute que l'oiseau pirate se serait jeté dessus sans davantage de questionnement, en ce moment même, si elle l'avait entre les pattes. Mais n'était-ce pas mieux de découvrir le monde à petit feu, pour profiter pleinement de chaque nouvel instant?

La bibliothèque était bien plus impressionnante encore que la ville en elle même. Ou en tout cas, c'est ce qu'elle pensait. L'arbre creux protégeait de tout intempérie les milliers de livres qu'il hébergeait. Ces derniers étaient classés par genres et catégories, dans l'ordre alphabétique selon le nom de l'auteur. Des livres parfois vieux de plus de cent ans, portant même parfois entre leur pages des langues mortes désormais déchiffrables par les experts eux-mêmes.
Les livres détenaient le savoir du monde. Et ceux qui détenaient ce savoir détenaient ce pouvoir.
Un escalier en colimasson serpentait sur la paroi interne renforcée de l'arbre. Il menait à diverses plateformes, comme des paliers, où se tenaient chaises, tables et canapés, les lieux les plus confortables étant bien évidemment réservés aux animaux. Plus l'on montait d'étage, et plus l'on obtenait de connaissances. Et pour des raisons presque évidentes, il était rare de voir des hybrides si haut. Aux yeux du monde, une telle abomination dotée de connaissances supérieures à celles des animaux étaient un danger. On en deviendrait potentiellement dépendant, leur devrait un certain respect, et c'était là bien trop demander à la plupart de la haute-cour.
Sauf pour Fleeheviä. Elle s'en moquait un peu, ne côtoyant que très peu ces chimères.

La plupart des livres les plus intéressants étaient plus grand que l'oiseau lui-même. Et bien plus lourd également. C'était dans ces moments là qu'elle ne refuserait pas l'achat d'un hybride, plus grand et plus fort, pour l'aider dans certaines taches. Si sa petite taille lui offrait une certaine minutie et discretion, il possédait également de nombreux inconvénients.
Elle tira donc vers elle un livre de son étagère, le saisissant délicatement par ses serres. Sa couverture bleue recouvertes de fines couches d'argent et d'or blanc témoignait de sa valeur. Il portait le titre "Contes d'Ismàr et autres légendes".
Malheureusement, ce dernier fut bien trop lourd et encombrant, et lui échappa bien rapidement. À sa grande surprise, il ne fit pas le bruit sourd d'un lourd objet s'écrasant sur un sol de bois, mais semblait avoir été amorti par quelque chose. Ou plutôt… quelqu'un.
Une sorte de chien à la queue de scorpion se tenait là, venant de se prendre un livre de plus de 400 pages et faisant environ 30 centimètres de haut sur la tête.
- Par Kottür! Vous n'avez rien? s'exclama Fleeheviä.
Ses paroles s'adressaient à la fois au livre et à l'hybride. Et peut-être même plus à l'un qu'à l'autre....
Fleeheviä
avatar

Feuille de personnage
Personnages:
PersonnagesNomRaceClan
Perso 1FleeheviäGeai à face noireAurinkoi
Perso 2MuneHybrideIsmàr
Perso 3
Perso 4
Perso 5

Experience: 107
 
 
Messages : 152
Date d'inscription : 22/06/2017
Age : 19
Localisation : France
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La ville dans les arbres | PV. Pallav Dim 2 Juil - 11:58

    Au nom d'Amirah, Pallav s'était rendu à la bibliothèque de JusteChêne, venant apporter quelques ouvrages à son nom et celui de son père, le seigneur appréciant la lecture et la culture. Respectant sa Maîtresse, l'hybride en portait tout autant au père et à la mère de celle-ci. Peut-être même plus à cette dernière qu'au père, puisque c'était grâce à cette dame qu'il s'était un jour retrouvé au service de la jeune renarde, cadeau fait à son premier anniversaire alors que lui n'était d'âgé que de six mois tout juste.
    Depuis, il lui avait prêté allégeance, la servant du mieux possible, obéissant au moindre de ses ordres. C'était une chose importante, que d'être un hybride possédé par un Pur. A ses yeux, l'on ne pouvait se sentir entier que de cette façon, et il exécrait au possible ces hybrides libres et rebelles vivant en solitaire dans la nature.
    Pauvres fous, qui ne savaient accomplir la tâche pour laquelle les dieux acceptaient de les maintenir en vie. Ils auraient dû finir foudroyés par leur courroux, ne méritant guère plus d'attention que cela. En tant qu'Ismàrien, il n'était d'ailleurs pas même rebuté à l'idée de partir à leur chasse, prêt à les traquer des jours entier s'il le fallait pour en tuer quelques uns, s'ils refusaient de se remettre dans le droit chemin.
    Pallav était pour la conservation de l'ordre des choses, et ne tolérait guère ces écarts trop importants.
    A contrario, d'autres choses ne semblaient vouloir rester en place...Comme ce livre tombé de haut et qui s'écrasa brusquement sur sa tête, lui faisant pousser un glapissement de surprise et de douleur.

    Sonné, Pallav resta un instant tangent sur ses pattes, le cœur battant et sa toison moutonneuse redressée, alors que ses flancs se soulevaient rapidement au rythme de sa respiration soutenue. Que c'était-il donc passé ?! Il était sonné, ne comprenait pas encore ce qu'il venait de se passer, se contentant de relever cette douleur dans son échine, ses cervicales malmenées par le poids venant de s'abattre sur lui, ainsi que celle plus sourde et intense de son crâne.
    Reprenant son calme, abaissant sa queue de scorpion relevée en reflex, ses yeux de brebis égarée fouillèrent rapidement les environs, la vision panoramique qu'ils lui conféraient lui faisant rapidement capter l'oiseau qui s'approchait de lui.
    S'il n'aurait été capable de définir de quelle race était cet oiseau, s'y connaissait bien peu dans ce domaine, il pouvait cependant sans mal juger de la Pureté de l'individu. Et malgré ses esprits flous, de se courber devant elle, s'inclinant respectueusement en manquant de basculer sur le côté, se retenant de justesse en écartant ses quatre pattes. Mmmh, ça ne faisait guère du bien, de se prendre un aussi gros livre sur la tête, comme en témoignait l'ouvrage désormais à ses pattes, dont la quatrième de couverture avait été raflé par ses cornes naissantes.
    A la question de la Pure, Pallav dirigea en arrière ses oreilles et baissa la tête, lui répondant dans une position clairement soumit à elle quand bien même il aurait sans doute put en faire une bouchée. Mais puisqu'il était un hybride docile, loin de là était ses idées, davantage préoccupé quant au respect qu'il lui était nécessaire de montrer, ainsi que par l'état du livre.

    « Bonjour, Madame. Je n'ai rien, merci de vous soucier d'un hybride comme moi. »

    La queue basse, presque dirigée entre ses pattes, il se saisit alors du livre échoué sur le sol entre ses pattes de scorpions amovibles, pour ne plus ainsi le laisser trainer lamentablement. Ce livre méritait bien mieux, surtout lorsqu'il s'agissait des contes et des légendes d'Ismàr et que l'on vouait un grand respect à ce peuple dont on faisait parti.
    Tout aussi respectueusement, Pallav poursuivit.

    « Veillez m'excuser, Madame, pour l'état dans lequel ce livre à fini. Je vous pris de croire que je n'ai point fait exprès, mon hybridation imparfaite n'ayant rendue mes cornes rétractables. Accepteriez-vous quelques pièces d'or pour réparer les dégâts que j'ai occasionné par mon inadvertance ? »

    Car dans sa totale soumission, il n'était guère envisageable de considérer la Pure en tant que fautive. Si elle avait été hybride, l'histoire en aurait pourtant été tout autrement : sans doute se serait-il montré plus nerveux et mauvais, lui aurait mandé de plates excuses et aurait demander réparation pour les douleurs dont il pouvait désormais être saisi ainsi que le livre abimé.
    Mais ça n'était pas le cas, et Pallav de continuer d'ainsi se montrer docile et fautif.
Pallav
avatar

Feuille de personnage
Personnages:
PersonnagesNomRaceClan
Perso 1PallavHybrideIsmàr
Perso 2
Perso 3
Perso 4
Perso 5

Experience: 226
 
 
Messages : 29
Date d'inscription : 20/06/2017
Age : 22
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La ville dans les arbres | PV. Pallav Mar 8 Aoû - 2:21
Un livre énorme venait de s'abattre sur la tête d'un hybride tout aussi énorme - à côté de l'oiseau, en tout cas - engendrant une réaction tout à fait cohérente de surprise et de douleur qui ne fut pas sans effrayer le volatile. Cette immense queue de scorpion, notamment, la fit reculer de quelques pas lorsqu'elle se dressa dans un réflexe de défense, probablement. Elle ne connaissait pas grand chose aux scorpions, mais elle savait qu'ils faisaient parti de ces animaux à ne surtout pas déranger, même - et surtout - quand ils étaient sauvage, si l'on était guère préparé. Et clairement, elle n'avait pas envie de risquer sa vie pour un accident de ce genre.
Fleeheviä fut quelque peu rassurée - mais pas pour autant en toute confiance - quand l'hybride s'efforça de reprendre une posture plus "présentable". Elle se décida donc à approcher l'étranger de la bibliothèque, notamment pour vérifier son état, mais aussi celui du livre. Elle n'était pas médecin, elle ne ferait que constater les dégâts qu'elle avait engendré. "Holala, vous avez une sacré bosse" ou encore "vous saignez beaucoup, il faut aller chez le docteur". Des paroles évidentes dont on pouvait se passer - et dont on se passerait bien - mais qui étaient la pour la forme et les mondanités. Habituellement, Fleeheviä n'était pas du genre à s'en soucier. Mais sans doute la beauté du lieu - dans lequel elle trouvait que la majorité des hybrides faisaient tâche, et même la plupart des purs - avait-elle un impact positif sur la pirate, puisqu'elle fut d'une humeur particulièrement calme et joviale ce jour là.

- Bonjour, Madame, fit-il dans une courbure docile. Je n'ai rien, merci de vous soucier d'un hybride comme moi.

L'hybride - qui tenait vraisemblablement du canin plus que n'importe quelle autre espèce - se mit à saisir le livre abimé avec des... pattes d'insecte qui se dressaient sur son échine. Au début; lorsqu'elle les avait vu pour la première fois, Fleeheviä avait pensé à un accessoire de mode - de très mauvais goût, certes - qu'il avait fixé tout le long de son dos. Mais elles étaient capable de se mouvoir et de saisir un objet entre elles. La surprise fit frissonner l'oiseau. La compagnie des hybrides ne lui était pas commune, et toutes les bizarreries qui les accompagnaient non plus.

- Veillez m'excuser, Madame, pour l'état dans lequel ce livre à fini. Je vous pris de croire que je n'ai point fait exprès, mon hybridation imparfaite n'ayant rendue mes cornes rétractables. Accepteriez-vous quelques pièces d'or pour réparer les dégâts que j'ai occasionné par mon inadvertance ?

Il fallut se retenir de lever les yeux au ciel. Les mondanités de ce genre ne faisaient pas parti de son monde non plus. Elle les trouvait inutile, sans valeur. Tout autant que les pièces d'or. Si ça ne sautait pas aux yeux, elle était pirate, et les navires où elle voyageait parfois portaient plus le poids de ces trésors que celui des matelots.

- Oh c'est rien c'est rien, et vous ça va? Parce qu'un livre comme ça, ça doit faire mal. Moi, il m'aurait tué sur le coup, ahah! Je m'appelle Fleeheviä, mais appelle moi Flee. Et t... vous, c'est quoi vot' nom?

Hors-RP: Désolée pour le temps d'attente :(
Fleeheviä
avatar

Feuille de personnage
Personnages:
PersonnagesNomRaceClan
Perso 1FleeheviäGeai à face noireAurinkoi
Perso 2MuneHybrideIsmàr
Perso 3
Perso 4
Perso 5

Experience: 107
 
 
Messages : 152
Date d'inscription : 22/06/2017
Age : 19
Localisation : France
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La ville dans les arbres | PV. Pallav
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
La ville dans les arbres | PV. Pallav
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» STORYBROOKE → il existe une ville dans le Maine...
» Précédemment dans Gijinka Pokémon
» Le rat des villes et la souris des champs [Naya]
» Description de Crocus
» [QUÊTE] Un chat dans les arbres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ✧ JusteChêne-
Sauter vers: