La part sombre du commerce [libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 ::  :: ✧ Port Abandonné
MessageSujet: La part sombre du commerce [libre] Lun 24 Juil - 22:56
Ce n'était pas qu'Heru détestait Port Abandonné mais cette ville ne faisait rien pour tenter de lui plaire. Ayant le plus grand port du pays, il était nécessaire pour le marché aux esclaves de s'y rendre régulièrement mais mais ils étaient en concurrence direct avec les activités ici. Si Aurinkoi était célèbre pour ses marchands, elle l'était aussi pour ses pirates, tolérés ici voir même mis en avant et un de leurs lieux favoris était cette ville. Oh Heru n'avait rien contre les pirates, à vrai dire, ils faisaient marché leurs affaires et étaient un des fournisseurs principaux d'esclaves exotiques mais les esclaves étaient peu regardant sur leurs acheteurs, pire que ça, plus ça avait l'air mauvais, plus ça les attirait et Port Abandonné abritait le plus grand marché noir de tout le pays pour ne pas dire des trois nations. Si les associations de gentils hippies pointaient du doigts le marché aux esclaves de BrûleSable et des conditions difficiles, ils n'étaient clairement pas prêt pour voir les entrailles puantes du port où s'agglutinaient des tas d'hybrides mutilés ou de purs malchanceux en attendant qu'une des plus infâme personne de la région viennent les acheter pour des activités peu valorisantes.
Port Abandonné regorgeaient de créatures qui avaient pour la plupart soit tout perdu soit jamais rien eu qui bravaient les éléments et la vie elle même, il fallait au moins ça pour ne pas finir dévorer au coin d'une ruelle. Si ici la hiérarchie voulait encore que les hybrides restent inférieur aux purs, tout le monde cherchait sa place et se battait lorsqu'il l'avait trouvé. Les hybrides vivant ici, Heru ne les supportait pas et pire que tous étaient ceux des combats illégaux. Ce genre de spectacle étaient interdit même ici mais personne ne sait vraiment ce qu'il se passe au cœur du marché noir. Les chiens de combat, pour en avoir été un autrefois, Heru savait les sentir et ce trio qui s'avançait avec un air baroudeurs puait à plein museau le récent champion.

Heru était assis sur un tonneau sur les quais, des petites lunettes trônaient sur son museau et il lisait le dernier rapport du marché, entre autre, il se renseignait sur les derniers arrivages, les dépenses, les gains, le chiffre d'affaire, bref, un papier qu'un hybride en vente n'est pas censé avoir entre les pattes mais qu'on tolérait entre celle d'Heru à cause de son ancienneté et de son utilité dans le calcul mental et la gestion des affaires. Plus loin, on comptait les esclaves qui descendaient du bateau, des proies parfaites pour une brute qui cherche un minimum d'autorité, malheureusement, on évite de faire ça sous les yeux des purs, ça le faisait mal. En fait, la suite était plus qu'évidente, Heru n'était pas sous la protection d'un quelconque regard pur (et encore moins divin). S'avançant vers lui, fier comme des paons, un espèce de croco mixé à un blaireau avec des pattes de fourmilier accompagné deux deux espèces de vautours à face de lézard à crête. Il était plus évident qu'ils avaient directement repéré le petit hybride sable qu'était Heru, la discrétion, c'était visiblement pas leur fort bien que le petit croco-moineau continua à les ignorer.

« Regardez moi ça les gars, un hors-d’œuvre qui profite du beau temps. Hé Minus, tu attends de faire bouffer par un corbeau percher là dessus ? » Et il vint s'appuyer contre le tonneau, dirigeant son haleine putride vers Heru, il était évident que lui, on le nourrissait avec les invendus des poissonniers. Il afficha un sourire mauvais. « On peut te réduire l'attente si tu veux. »
Heru coula un regard dédaigneux vers cet bête qui faisait le malin.
« Tsss, tu devrais faire en sorte d'allonger la tienne d'attente, histoire de finir sur les bons comptoirs du marché, genre, pas entre les fourrures des sauvages. »
C'était si facile de mourir dans les combats.
« Retournes dans ta niche temps que tu le peux encore Chienchien »

Même si le gros hybride avait véritablement été un chien, il l'aurait probablement mal pris, être un chien des combats clandestin n'avait rien de positive et en toute réponse, l'hybride donna un violent coup de queue reptilienne dans Heru dont le poids plume envoya volé jusque dans les paniers de filets des mètres plus loin. Le molosse serait bien revenu à la charge s'il y avait moins de purs mais ils avaient estimé qu'il était mieux pour eux de retourner dans les rues plus sombres de Port Abandonné et de laisser toute les accusations et les insultes pour Heru, Heru qui encore un peu sonné, tentait temps qui que mal de se démêler des filets avec le triste constat de ses lunettes cassées.
Non, Port Abandonné ne faisait vraiment rien pour que Heru puisse l'apprécier.
Feather
avatar

Feuille de personnage
Personnages:
PersonnagesNomRaceClan
Perso 1HeruHybrideAurinkoi
Perso 2
Perso 3
Perso 4
Perso 5

Experience: 118
 
 
Messages : 76
Date d'inscription : 19/06/2017
Age : 20
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La part sombre du commerce [libre] Mar 25 Juil - 16:50
La grande lionne aux yeux de la couleur des eaux du Sud marchait sur le quai, ses oreilles légèrement pointées vers l'arrière, alors qu'elle humait l'air. Il y avait ce matin des vaisseaux inconnus près du sien, qu'elle couvait du regard comme une mère regarde son enfant. Il fallait avouer que à part son poussin qui perdait de plus en plus son apparence mignonne pour prendre des airs moins sympathiques de coq de combat, elle n'avait pas beaucoup d'affection pour les autres, et que son plus grand coup de cœur dans sa vie avait été son bateau, le White Pearl. Elle s'était tellement battue pour en devenir Capitaine qu'il semblait normal qu'elle soit toujours dessus. Mais il fallait qu'elle agrandisse son équipage, et pour cela, il fallait poser les pattes sur terre.

De nombreux êtres rechignaient à poser leurs pattes sur un navire, mais pour Asturias, le White Pearl n'était autre qu'un maison, que sa maison, l'endroit où elle se sentait en sécurité. Un endroit duquel elle pouvait attaquer, duquel elle pouvait se défendre. C'était son sanctuaire et sa vie, alors si un inconnu posait sa patte dessus … Il devait avoir une fichue envie de se détacher de manière permanente de ladite patte. Asturias n'avait pas beaucoup de pitié quand on s'en prenait, ou qu'on mettait en danger ce qu'elle aimait.

Un autre trait de caractère de la lionne, était qu'elle aimait protéger ceux qui n'y arrivaient pas tous seuls. Cela avait expliqué son désir d'adopter un petit poussin tout choupinet, qui n'avait aucune autre utilité objective dans la vie que se nourrir. Ce qu'elle supportait pas, c'était ceux qui maltraitaient les autres, pour la simple raison qu'elle savait ce que ça pouvait faire, d'être petit, seul, abandonné, incapable de s'en sortir sans aide.

Alors la lionne musclée grogna sourdement en voyant les hybrides s'en prendre à un autre hybride plus menu. Mais pour qui se prenaient-ils? Elle les observa de sous son tricorne, révélateur de sa position sociale, et fit un pas vers eux, mais ils partirent sans même la remarquer.
Elle souffla, et grogna tout bas quelque chose de pas très poli sur le sujet de leurs faces.

Ce fut alors qu'elle se tourna vers l'hybride qui avait été envoyé dans les sacs à filets des pêcheurs de la région.
Ne vous y méprenez pas, Asturias n'as pas plus d'affection que ça pour les hybrides, mais elle n'était pas non plus faite de pierre.

Elle s'approcha donc, le bruit des plaques de métal recouvertes de cuir qui protégeaient son dos et ses épaules la précédant.
Un gros ocelot, qui de toute évidence était un pêcheur, s'était déjà imposé pour hurler sur le fait qu'on faisait des nœuds dans ses précieux filets qui lui avaient été laissés par son père, et son grand père avant lui, qui les avait gagnés au mahjong.

La lionne n'avait pas l'habitude de s'imposer, et préférait regarder de loin, et laisser le cours des choses se révéler toutes seules, mais l’injustice de la situation l'avait frappée, alors elle vint se poster auprès de l'hybride et éclaircit sa gorge, ce qui provoqua la curiosité de l'ocelot, qui déglutit en voyant qui se trouvait à côté de ses précieux filets. Elle devait avouer apprécier l'effet que le chapeau lui conférait.

Elle tendit une patte, et lâcha quelques pièces dans la patte que l'ocelot avait tendu, la gueule toujours légèrement ouverte.
« Cet hybride et avec moi, je crois que cela couvre le coût de réparation. » dit-elle calmement, d'une voix froide, et regardant le félin par dessous le bord du tricorne.

Elle fit un signe du museau à l'hybride, espérant qu'il avait réussi à se dépêtrer des filets durant son échange avec le pêcheur, et s'éloigna un peu.

« Ça va ? Je suis désolée d'avoir donné l'impression que tu étais mon esclave, je ne voyais pas comment il te laisseraient tranquille autrement ... » dit-elle.

Elle était devenue sensible à ce genre de détail grâce à Aen'Kal, son propre esclave, qui était devenu un compagnon de voyage pour elle, et qui avait la fierté d'un roi par rapport à son ancien statut de libre. Elle espérait ne pas avoir vexé cet hybride là de la même façon qu'elle vexait parfois le loup-aigle.

« Je me nomme Asturias, et vous ? » demanda-elle encore, pointant ses oreilles vers lui alors qu'il s'éloignait du pêcheur, qui mordillait les trois pièces de bronze en vérification de leur authenticité.
Liliandril
avatar

Feuille de personnage
Personnages:
PersonnagesNomRaceClan
Perso 1AsturiasLionAurinko
Perso 2
Perso 3
Perso 4
Perso 5

Experience: 3
 
 
Messages : 23
Date d'inscription : 23/06/2017
Age : 18
Localisation : FRANKREICH
Revenir en haut Aller en bas
La part sombre du commerce [libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» .Sombre rêve. |.Libre.|
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)
» L'heure du grand départ...[Rp Voyage libre]
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ✧ Port Abandonné-
Sauter vers: